Sylvie Brunel , La planète disneylandisée. Pour un tourisme responsable, Editions sciences humaines, [2006], 2012

L’ouvrage prend la forme qu’un quasi-roman : Sylvie Brunel est partie avec ses 3 enfants et son mari pour 6 semaines faire un « tour du monde ». Elle raconte les étapes marquantes de son voyage et fait part de ses réflexions. Dans la postface, l’auteure commente son livre et détaille ses thèses. J’ai réalisé la fiche en intégrant à la postface des exemples donnés dans le récit (les exemples sont intégrés de manière +/- logiques…).

Thèses principales :
 Elle défend le tourisme et le touriste dont elle veut détruire l’image négative et fustige « l’avant-garde touristique » qui prétend mieux voyager que les autres, se réservant des lieux à laquelle elle seule peut accéder. Brunel insiste sur l’intérêt et le potentiel de la démocratisation du tourisme : le tourisme crée de la richesse (autant, voire plus, que les ONG), permet le développement et la reconnaissance de sociétés (et de leur culture) et de lieux voués autrement à la disparition.

 Il n’y a pas de formes de tourisme plus « authentiques » que d’autres : partout, le monde est disneylandisé (ce qui n’a pas de connotation directement négative chez elle), les lieux touristiques sont des fictions d’authenticité. Son ouvrage montre le processus de disneylandisation du monde, une mise en scène des lieux qui matérialise nos fantasmes, et nos désirs d’« authenticité » stéréotypés (nature sauvage, civilisations « exotiques », etc.).

 Elle dénonce principalement les retombées des politiques de conservation qui entrainent la spoliation des terres par les parcs nationaux et zones protégées, réservés à une mince élite occidentale, au détriment des populations locales. Elle déplore aussi que ces dernières soient parfois forcées d’être figées dans des archétypes pour les besoins du tourisme qui cherche à les présenter comme des survivances d’un paradis perdu. Elle milite pour un tourisme responsable, défini comme équitable, durable, respectueux.

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.