Dans un poème pour Adèle de Blois fille de Guillaume le Conquérant, Baudri de Bourgueil décrit v 1100 le décor de sa chambre : le lit orné de statues -> celles du trivium (rhétorique, grammaire, dialectiques) au chevet du quadrivium (arithmétique, géométrie, astronomie, musique) + représentation de la Médecine accompagnée des figures d’Hippocrate et de Galien.

  • Traduit un idéal de savoir élargi à l’élite laïque, aristocratique, dont la diffusion ne cessera de s’amplifier

  1. Le Trivium

  1. La grammaire

Avant XIe sert à apprendre à parler, écrire et lire le latin (enseigner dans les petites écoles jusqu’à la fin du MA) -> enseignement élémentaire qui diffère de l’étude de la grammaire qui émerge au XIe (école d’arts libéraux XIIe, facultés des arts XIIIe-XIVe)

Grammaire nouvelle et savante = analyse la logique du langage et sa signification (étude en commentant l’œuvre de Priscien (Ve-VIe), les premiers commentaires XIIe Summa super priscianum de Pierre Hélie v 1140).

Au XIIIe commentaire de l’Art majeur de Donat (romain du IV e) et les Institutions grammaticales de Priscien.

Au XIIIe et XIVe dans les universités la grammaire est enseignée sous forme de leçons et de disputes -> donner lieu à une production savante sous forme de commentaire, de traités, ou de collections (Roger Bacon)

À partir du XIVe la grammaire est aussi enseignée dans des écoles de grammaires (statuts universitaires).

  1. La rhétorique et l’ars dictaminis

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.