Les programmes des étudiants

Le premier document officiel dans lequel on trouve des renseignements sur le programme d’enseignement de la Faculté des arts est une lettre du cardinal légat Robert de Courçon adressée, en 1215, à l’ensemble des maîtres et étudiants de l’Université de Paris ; elle donne des règles pour l’enseignement ès arts et en théologie, pour la discipline qui doit être observée par les étudiants et, en général, pour le fonctionnement de l’Université. Voici le passage qui concerne la Faculté des arts :

Personne n’enseignera les arts à Paris avant l’âge de vingt-et-un ans et [l’enseignant] doit avoir étudié les arts pendant au moins six ans avant de commencer à enseigner; il doit déclarer qu’il enseignera pendant au moins deux ans, à moins qu’une cause raisonnable [l’en empêchant] n’intervienne, cause dont il devra prouver le bien-fondé publiquement ou devant des examinateurs; il ne doit être entaché d’aucune infamie; et lorsque quelqu’un se prépare à enseigner, il doit être examiné selon la règle établie (forma) […]

Et on doit enseigner les livres d’Aristote de dialectique, tant la vieille que la nouvelle, de façon ‘ordinaire’ et non de façon ‘cursive’1. On doit aussi enseigner de façon ‘ordinaire’ dans les écoles les deux livres de Priscien ou l’un des deux au moins. On ne doit pas enseigner pendant les jours fériés, sauf les philosophes et la rhétorique, et les disciplines du ‘quadrivium’, et le Barbarismus, et l’éthique si l’on veut, et le quatrième livre des Topiques. On ne doit pas lire les livres d’Aristote sur la métaphysique et sur la philosophie naturelle, ni des résumés de ces livres ou de la doctrine de maître David de Dinant ou de l’hérétique Amalricus ou de l’Espagnol Mauricius. »

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.