Les auteurs distinguent la perception que les Chrétiens du XIe au XVe siècle, de plus en plus conscients de leur particularité ont des juifs et des musulmans. Pour les premiers, vivant depuis fort longtemps en communautés de quelque importance, bien plus dans les villes que dans les campagnes, ils sont connus et acceptés. Pour les musulmans, ce sont des gens du dehors qui inspirent la crainte et la menace, qu’il faut combattre.

Chrétiens et juifs, de l’époque des croisades au XVe siècle

Le statut des juifs va sensiblement évoluer du XIe au XVe siècle en Europe occidentale.

• D’abord un statut théologique, les juifs sont les triples détenteurs de témoins historiques de la Passion du Christ, de conservateurs de l’ancienne Loi et de peuple appelé à la conversion à la fin des temps. Ils bénéficient ainsi d’une large tolérance qui garantit la libre pratique de leur culte, la sauvegarde de leurs biens et de leur personne. Mais, au XIIe siècle, certains clercs s’impatientent de ces temps eschatologiques et tentent de les réduire en provoquant, par des pressions directes et indirectes, la conversion des juifs.
• La condition des juifs glisse au XIIe-XIIIe siècle vers un statut juridique et s’inscrit dans le droit canon dans les Edits de Gallien vers 1140 et dans les décrétales de Grégoire IX en 1234. Les Sicut judeis affirmeront cependant régulièrement l’interdiction faite aux chrétiens de s’en prendre aux personnes, aux biens et aux tombes des juifs. Mais la position des juifs, fils de Caïn, ne saurait être égale à celle des chrétiens, fils d’Abel. Ils sont condamnés à expier leur crime fondamental, celui de ne pas croire au Christ et leur réduction au servage en a été la conséquence. L’Eglise réduit les contacts entre juifs et chrétiens à partir de la fin du XIIe siècle, réduisant la communauté juive au statut de corps étranger. Elle interdit les mariages mixtes, impose le port de signes distinctifs (rouelles en France, table de la Loi en Angleterre), jusque dans l’art, où Ecclesia et Synagoga sont représentées symétriquement sur les portails des constructions gothiques, mais de façon péjorative pour la seconde.

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.