Une proposition d’une recension d’articles à partir de la revue L’Histoire sur le thème des minorités religieuses et les relations entre les autres confessions religieuses et les différents pouvoirs en place entre le XIe siècle et le XVe siècle dans la péninsule ibérique.

Les trois articles sont centrés sur les différentes communautés religieuses dans la péninsule ibérique pour proposer une approche typologique conduisant à distinguer d’abord des situations dans lesquelles le statut des minorités religieuses (les juifs en Andalousie, les mozarabes chrétiens dans la péninsule ibérique et une synthèse sur le mythe ou non de la Tolérance en terre musulmane en Espagne) et ou non reconnu ? Quels sont leur statut légal en sachant que les chrétiens, les juifs et les musulmans ont toujours eu une existence légale, quel que fût le régime politique dominant dans les Etats de la péninsule ibérique?

Puis à analyser la relation entre une majorité et une ou des minorités religieuses subordonnées , par exemple entre les juifs en terre chrétienne ou dans le monde musulman avec le cas andalou, une synthèse proposée par Cyrille Aillet sur la question mozarabe, celle des chrétiens arabes d’al- Andalous qui a opposé pendant longtemps depuis la fin du XIXe siècle deux écoles, les  historiens proches de la droite catholique qui valorisaient la résistance du peuple chrétien d’Al Andalous contre l’oppression musulmane et de l’autre côté les historiens libéraux qui au contraire insistérent sur l’aspect du rejet des chrétiens arabes méprisés dès le XIIIe siècle. L’image très favorable de l’islam tolérant au Moyen Âge dans la péninsule ibérique serait la conséquence d’un discours anti clérical.

Une réflexion finale avec l’article d’Emmanuelle Tixier du Mesnil sur la tolérance andalouse, qui permet de faire le lien avec les deux précédents articles, sur quelle forme de relation entre majorité et minorité. Des formes de relations entre majorité et minorité qui dépendent soit de la perception des dominants envers la minorité (perçue comme dangereuse ou non) ou qui dépendent de l’attitude adoptée par les minorités religieuses, soit par le repli, par l’intégration, par le prosélytisme, par la contestation.

D’où la question posée par l’une des grandes spécialistes de l’histoire du monde islamique médiéval et de l’histoire de l’al-Andalous, Emmanuelle Tixier du Mesnil : peut-on parler de coexistence, d’intégration, de cohabitation ou de séparation plutôt que de tolérance, pour le cas Andalou, un concept de moins en moins admis par les historiens médiévistes actuels, spécialistes de l’analyse des différentes minorités religieuses dans le bassin méditerranéen ?

Article : Cyrille Aillet, « Être chrétien en terre d’Islam », L’Histoire, n°364, mai 2011, p.48-58

Article : Maurice Kriegel, « Heureux comme un Juif Andalou ? » entretien dans la revue L’Histoire, n°364, mai 2011

Article : Emmanuelle Tixier Du Mesnil, « La tolérance andalouse a-t-elle existé ? », L’Histoire, décembre 2018

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.