Chapitre 1

La population des espaces ruraux en France métropolitaine

Après plus d’1 siècle de déprise humaine : campagne connaissent une renaissance démo. Ce renouveau ne résulte pas d’une dynamique éco mais apport néo-ruraux. Analyse approfondie des données démo recueillies par INSEE = recensement depuis sa création en 1947. Q est de savoir si les dynamiques et structures de population des espaces « à dominante rurale » diffèrent.

  1. Délimiter un territoire de référence.

Impression que la boutade de Commerson (1948) popularisée par Alphonse Allais de « construire les villes à la campagne » = réalité = arbitraire de séparer un territoire urbain d’un territoire rural. Tout découpage du territoire est arbitraire et discutable dans le continuum urbain/rural. Objectif INSEE (1994) pour construire le zonage en aires urbaines (Le Jeannic, 1997). Définition fonctionnelle de l’espace urbain avec une distinction entre un espace à dominante urbaine structuré par un peu plus de 300 agglomérations de 10 000 emplois ou entourées de leur couronne périurbaine résidentielle de communes et un espace à dominante rurale constitué du reste du territoire.

2nde révision du zonage en aires urbaines (2014) = élargit la notion d’aire urbaine. Def pôle urbain : seuil passe de 10 000 à 1 500 emplois = 354 à 771 aires urbaines. INSEE a classé les aires urbaines en tranches dont la plus basse (« aires urbaines de – 15 000 hab ») compte 469 aires urbaines.

Ce départage du territoire restaure un espace rural : 61 % du territoire + 13 millions d’hab = 21% de la pop métropolitaine (2014). Densité de pop = 40hab/km² = France des faibles densités.

  1. Une renaissance inachevée.

La pop de l’espace à dominante rurale augmente depuis 1990 (après des décennies de déclin). Déclin de la pop de la France rurale s’amorce au XIXe avec transfert de productions du secteur primaire vers secteur secondaire et tertiaire + éco urbaine et indus = transfert de pop vers les villes = exode rural qui s’accélère après la 2nde GM + 60’ avec urbanisation rapide + baby-boom + immigration d’algériens. Roger Beteille : « La France du vide » (1981).

1990 : campagnes attirent de nouveaux résidents. Données de recensement récentes nous montrent que cette tendance persiste dans les années 2010. Attractivité des campagnes s’est renforcée : effet de débordement des aires urbaines + mouvement de « contre-urbanisation ». Immigration se diffusait dans les principales agglos et régions industrielles mais aujourd’hui dans les campagnes (régions méridionales et orientales à proximité des frontières).

Années 2013-2014 : excédent migratoire de l’espace rural en provenance des aires urbaines = +0,23% de la pop soit 2/3 de l’excédent migratoire moyen dans les communes rurales. Il existe cependant des enclaves rurales qui n’attirent pas de nouveaux résidents : régions de montagne ou Nord-Est.

Renouveau des campagnes contraste avec mouvement inverse de l’emploi qui se concentre dans les villes notamment les plus grandes (Zaninetti, 2018). Comme l’a démontré Davezies (2008) la Sécu et Assurance vieillesse a des effets redistributifs majeurs entre les territoires. Mobilité domicile-travail + diversification des formes d’emploi avec aide des TIC = allongement de la longueur des navettes domicile-travail = nombre croissant d’actifs du secteur des services résident loin de leur travail + travail à distance = part de plus en plus large de leur temps de travail (Zaninetti 2017).

Période 2009-2014 : 694 500 naissances et 743 200 décès dans les communes à dominante rurales = 17,6% des naissances et 27,3% des décès en France métropo = déficit solde naturel de 48 700 personnes sur 5ans. Femmes âgées de 20 à 39 ans qui portent des nouveaux nés en France : territoires ruraux ne regroupent que 17,5% des femmes de ces tranches d’âge. Décès en métropole : 27,3% en territoire rural.

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.