Deuxième partie : Les territoires ruraux et la gestion des milieux

Chapitre IV : Il n’y a pas de milieu naturel en France

Question des relations réciproques entre les hommes et les milieux dans l’espace rural

Évolution de la pensée géographique au cours du temps pour étudier les hommes et les milieux :

2 branches géographie : géographie humaine et géographie physique (héritage de la pensée positiviste avec classement des études par strates) : conception où l’homme domine la nature (héritée des religions)

Changement car nature ethnocentrée et anthropisée : ethnocentrée car contexte actuel contemporain et anthropisée car espèce humaine au centre du raisonnement mais distinction difficile à faire entre l’homme et l’animal : basculement du regard de l’homme sur l’environnement car reconnaissance des animaux comme des êtres vivants ayant des sensibilités et événements historiques (bombe atomique, génocide des Juifs Tziganes) faisant changer les sciences sociales et les approches (jeu des sociétés humaines sur terre)

Conséquence : adoption d’une approche systémique : tous les objets s’influencent eux-mêmes (Yvette Veyret, Georges Bertrand avec le géosystème : relation des êtres vivants dans un habitat et relations de l’ensemble des acteurs économiques d’un secteur) soit interactions entre société et milieu naturel

A) La France, un espace de contact

* Entre grandes zones climatiques

– Territoire français dans une latitude entre le 40e parallèle Nord (Bonifacio à 41°N) et le 50e (Dunkerque à 51°N) donc localisation entre le cercle polaire arctique et le tropique du Cancer : « climat tempéré » :

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.