Introduction: “Le peuple américain a pour principal moyen d’action la liberté; le peuple russe la servitude; néanmoins chacun d’eux semble appelé par un dessein secret de la Providence à tenir le jour dans ses mains les destinées de la moitié du monde” avait prédit en 1835 Alexis de Tocqueville dans La Démocratie en Amérique. Le choc annoncé entre ces deux empires envisagés par Tocqueville donne naissance au lendemain de la deuxième guerre mondiale à une guerre d’un nouveau genre: la Guerre froide

Expression dont la paternité américaine est disputée entre le journaliste Walter Lippmann et le financier Bernard Baruch, la Guerre froide s’étire de 1947 à 1989. Pour André Fontaine, elle est même déjà en germe dès 1917, mais c’est bien à Berlin que les divergences de vision du monde des deux Grands apparaissent au grand jour. Le 8 mai 1945, la capitulation allemande est signée. La capitale est ruinée et dominée. Le destin de Berlin, au cœur de la Guerre froide, permet de retracer les grandes étapes de l’affrontement Est-Ouest. Les différentes crises berlinoises illustrent mieux qu’ailleurs la formule d’Aron “Paix impossible, guerre improbable”.

Les origines et les débuts de la Guerre froide

Problématique: Si cette Guerre froide domine incontestablement les relations internationales entre 1947 et 1991, pèse-t-elle autant sur le monde pendant toute la période ? Comment expliquer dans cette guerre particulière la succession des phases de durcissement et de détente qui la caractérise et la victoire finale de l’Ouest?

  • Le rôle essentiel de la question allemande et de Berlin dans les débuts de la Guerre froide
  • La situation particulière de l’Allemagne et de Berlin
  • Une capitale meurtrie et occupée

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.