Fiche de lecture : Georges Jehel, L’Italie et le Maghreb au Moyen-Age : conflits et échanges du VIIème au XVème siècle, PUF, Paris, 2001.

Partie 1 : Une relation conflictuelle

Chapitre I – Les offensives musulmanes VIIème-XIème siècles

Enthousiasme religieux, esprit de djihad et attrait du butin sont quelques unes des explications de l’expansion et des offensives musulmanes. Elles ont réussi grâce à de bonnes aptitudes militaires et à une grande ambition mais aussi et surtout en raison de l’affaiblissement des pouvoirs locaux et des tensions au sein des populations. La rivalité entre les royaumes italiens et Byzance ou entre les Lombards et les Carolingiens en sont des exemples frappants.

1 – Les cibles insulaires : Sicile, Corse, Sardaigne

Sous le règne d’Othman (634-644) les musulmans suivent l’exemple des Byzantins et développent une grande maîtrise de la navigation.

Sicile : Les Aghlabides s’attaquent à la Sicile depuis Carthage et Tunis où un arsenal est construit et le littoral fortifié car les Byzantins implantés en Sicile cherchent à récupérer leurs possessions au Maghreb. 827 : 1er débarquement musulman en Sicile – succès mitigé → 860 : L’ouest de l’île est occupé et gouverné par les Aghlabides. 902 : après bcp de batailles, révoltes et revers, l’île est durablement conquise.

Sardaigne : Offensives menées depuis l’Espagne par les Arabo-berbères attirés par sa fertilité.
710 / 752 / 934 : Razzias mitigées depuis Al-Andalus + tentative manquée des Aghlabides de débarquer. 1015 : expédition lancée des Baléares en vue de contrôler la Méditerranée depuis Al-Andalus. Débarquement et violence ≠ la population. Résistance de Cagliari qui finit par tomber : l’île est occupée.

Corse : Peu de sources dispos. 806 – 813 : offensives rapportées par les Carolingiens. 828 : tutelle temporelle directe du pape (fausse donation de Constantin) mais pas de moyens investis. A partir de 840 : base de départ d’attaques sarrasines ≠ l’Italie et Rome. Foyers d’occupation pérennes.

L’Italie et le Maghreb au Moyen-Age : conflits et échanges du VIIème au XVème siècle Georges JEHEL

Partie 1 : Une relation conflictuelle 3

Chapitre I – Les offensives musulmanes VIIème-XIème siècles 3
1 – Les cibles insulaires : Sicile, Corse, Sardaigne 3
2 – L’Italie centrale et méridionale 3
3 – L’Italie du Nord 3
4 – L’espace adriatique de Bari à Venise 4

Chapitre II – La réaction italienne des XIème et XIIème siècles 4
1 – Les expéditions pisano-génoises 4
2 – L’expansion normande en Méditerranée 4
Chapitre III – Les tensions italo-maghrébines au XIIIème siècle 5
1 – Les relations entre la Sicile et le Maghreb 5
2 – Les relations des républiques italiennes avec le Maghreb 5
3 – Les Angevins ont-ils eu une politique maghrébine ? 5

Chapitre IV – Nouveaux affrontements aux XIVème et XVème siècles 6
1 – Course et piraterie, un malaise récurrent 6
2 – Les conflits du XIVème siècle 6
3 – La situation au XVème siècle 6

Partie 2 – Diplomatie et commerce 6
Chapitre V – Le cadre de l’échange 6
1 – Conventions et traités 6
2 – Fondouks et consulats 6
3 – Une société d’outre-mer 6

Chapitre VI – Navigation et milieux d’affaires 6
1 – Bateaux et lignes maritimes 6
2 – Réseaux socio-professionnels 6
3 – Les grands axes du commerce 6

Chapitre VII – Les objets du commerce 7
1 – Produits alimentaires 7
2 – Matières premières artisanales 7
3 – Les épices 7
4 – Le corail 7
5 – Les métaux précieux et leur incidence monétaire 7
Conclusion 7

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.