Le travail des femmes est abordé dans ce livre qui présente la « Loi sur le salaire minimum des ouvrières à domicile dans l’industrie du vêtement » (1915) dans son déroulement complet : causes et préparation, contenu et application pendant les 25 ans qui suivent son vote. Cette loi qui instaure des comités de salaires et d’expertise a du mal à se mettre en place. Les patrons ne sont guère enthousiastes, les ouvrières n’osent pas se plaindre de sa mauvaise application.

Avec une préface de Michelle Perrot.

Ouvrières à domicile – Le combat pour un salaire minimum sous la Troisième République

Introduction

le travail des femmes, un centre d'intérêt pour Michelle Perrot qui préface cet ouvrage
Michelle Perrot – pour une histoire des femmes au travail.

Le travail à domicile est le travail salarié accompli au logis transformé en atelier. Il diffère de celui de l’artisan qui est libre de fabriquer ce qu’il veut et de le vendre à qui bon lui semble. Le terme anglais de sweating-system remplace souvent celui de « travail à domicile », mais il recouvre une population plus large, hommes, femmes et enfants, travailleurs à domicile et en très petit atelier, dans des conditions misérables. Malgré des conditions de salaires, d’horaires et de vie quotidienne pénibles, l’industrialisation ne le fait pas disparaître. Parmi ces travailleurs à domicile, les femmes sont majoritaires, surtout dans les métiers du textile et de la confection. Une femme seule peut exercer une profession à domicile ou elle « aide » son mari ou le remplace.

Les hommes travaillent donc aussi à domicile mais ils sont beaucoup moins nombreux et leurs salaires sont, en général, moins misérables. Ce sont à des femmes que concernent quelques lois sociales votées à la fin du XIXe siècle mais très mal appliquées. C’est vrai pour la loi de 1892 qui réglemente le travail de nuit des femmes et des enfants. Cette loi suscite un effet pervers : l’extension du travail à domicile où elle ne s’applique pas. En effet, le travail à domicile donne lieu à une exploitation de la main-d’œuvre, non seulement en France mais dans tous les pays industrialisés. Les salaires, constamment en baisse, rendent la vie de ces femmes très pénible.

Recension des livres et articles mis en fiches : Le travail en Europe occidentale des années 1830 aux années 1930

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.

Des femmes en danger ou des ouvrières en danger

  • Les travailleuses à domicile à la fin du XIXe siècle
  • Conditions de vie, conditions de travail à la fin du XIXe siècle
  • Les conditions d’emploi et de salaires

À la recherche de solutions pour sortir les ouvrières à domicile de la misère

  • La prise de conscience (fin du XIXe siècle, début du XXe)
  • Rechercher un modèle à l’étranger
  • La loi du 10 juillet

L’application de la loi (1915-1941)

  • Le rôle de l’administration
  • Critique et élargissement de la loi