DEUXIÈME PARTIE

L’ÉTAT ROYAL AU SIÈCLE DES LUMIÉRES

 CHAPITRE V

DE LA RÉGENCE AU « COUP DE MAJESTÉ DE MAUPEOU 1715-1774

      L’histoire politique du XVIIIe siècle est dominée par une longue et profonde crise de l’absolutisme. Des réformes de grande ampleur sont entreprises, soit pour revenir à un régime autoritaire, soit pour s’adapter et trouver des compromis face aux évolutions économiques, sociales et intellectuelles du siècle. Mais ces évolutions minent peu à peu les fondements , le fonctionnement et la légitimité de la monarchie.

  1. Libérale et autoritaire : la régence (1715-1723)

Période critiquée. On reproche à l’abbé Dubois l’alliance britannique. On dénonce le laxisme et les mœurs dissolues du Régent Philippe d’Orléans.

Récemment, on a réévalué ces approches. Le Régent a recherché une participation des élites dirigeantes, longtemps frustrées, à l’exercice du pouvoir. Il innove en matière politique (polysynodie), en matière financière (système de Law), se montre pacifiste (Triple Alliance signée en 1717 avec l’Angleterre et la Hollande), et, en matière religieuse, il rompt avec la politique ultracatholique de Louis XIV (libération de prêtres jansénistes).

  1. Les conséquences politiques de la mort de Louis XIV

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l’enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l’espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.