Fiches de synthèse à partir des reportages.

Envoyé spécial, Le tourisme sexuel en Afrique, 2006.

Généralement l’Asie qui vient en premier lorsque l’on parle du tourisme sexuel.

Nouvelles destinations en Afrique comme le Cameroun. Plusieurs associations alertent. Reportage sur le quartier des hôtels internationaux et ambassades, dans la capitale économique,

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.

Douala et dans une destination balnéaire  Kribi (= St Tropez du Cameroun).

Chefs d’entreprise, cadres qui viennent pour une semaine pour leurs pulsions. Sujet tabou au Cameroun = danger pour ceux qui enquêtent dessus.

Marché de Kribi sert de lieu de rencontre entre mineurs et touristes. A Kribi, quartiers riches côtoient quartiers très pauvres.

Parents demandent aux enfant de subvenir aux besoins : vol de nourriture, prostitution.

Demande des touristes d’enfants de plus en plus jeunes : parents ne refusent pas parce que besoin d’argent et de nourriture.

Douala : quartier des grands hôtels= principal lieu de rencontre des pratiques touristiques pédophiles. Autour des bars et hôtels, se mêlent touristes, prostitués, mineurs.

Associations se baladent dans les rues pour essayer de ramener les mineurs vers leurs familles ou les foyers.

Associations dénoncent l’étouffement des affaires par la police : aucune poursuite judiciaire contre les cas de pédophilie.

Hôtels ont normalement signé une charte : le Code de conduite pour la protection des enfants contre l’exploitation sexuelle. Comment et pourquoi laissent-ils faire ? Majorité à 20 ans au Cameroun : impossible normalement de monter dans les chambres avec une mineure. A l’accueil des hôtels, discours ferme mais facile de contourner le système avec des réseaux organisés dont les vigiles de l’hôtel font partie.

Tarif unique : 50 000 fr CFA pour une fille de moins de 15 ans (75€). Impossible de savoir combien de personnes profitent du système et si la direction en est complice.

Pourquoi cette impunité pour les touristes ?

Un responsable de la police affirme qu’e s’il n’ya pas de plainte de la victime, pas d’enquête et pas de poursuites.

Un peu d’argent aux familles suffit d’éviter le scandale. Cas d’un français surpris avec une mineure de 12 ans : 3 000 à la famille pour éviter la plainte.

Selon une enquête d’une association camerounaise, 40% des jeunes filles du pays entre 9 et 20 ans sont victimes d’exploitation sexuelle à des fins commerciales.

Sylvie Chabas, Gambie, Charters pour l’amour (2006)

Reportage à Serrekunda en Gambie. Quartier de Senagambia = longue avenue qui amène à la plage. Drague aux terrasses. Quartier réputé mondialement pour ces gigolos. = bumsters of Gambia.

Gambie = paradis pour femmes blanches à la recherche d’hommes (plus ou moins jeunes) noirs. Nombreuses touristes, de tous âges, qui viennent.= tourisme sexuel féminin.

Pays se vante de l’amour sans risque avec un taux de sida inférieur aux pays voisins d’Af noire.

Interviews de Néerlandaises qui évoquent la rupture avec le quotidien, avec le travail, avec les normes du pays d’origine. Elles savent très bien ce qu’elles sont venues chercher. Elles témoignent de l’habitude des Gambiens dans la drague des Européennes. Souvent, elles ont le même partenaire qu’elles revoient régulièrement.

Partenaires sont entretenus(même pendant les phases d’absence) : achat de voiture, travestissement dans des magasins. = réussite sociale qui empêche de tomber dans le commerce de la drogue.Question de la prostitution ? Personnes interviewées parlent de consentement entre adultes.

Certaines nationalités sont prisées : Allemagne, P-B, Angleterre. Bumsters ont plusieurs Européennes. = amour illusoire même si certaines se font avoir et quittent tout du jour au lendemain parce qu’elles se sont laissées avoir.

Certains bumsters ont aussi envie de quitter la Gambie : les Européennes leur permettent de se créer un réseau de relations en Europe pour partir. Beaucoup de bumsters pressent pour le mariage et fuir leur pays. = moyen de sortir de la pauvreté.

Un bumster avoue que sans la pauvreté, personne ne ferait ça : la loi musulmane empêche normalement les relations hors mariage.

Un bumster qui se marie avec une Européenne est un modèle car il va quitter son pays.

Envoyé Spécial, Maldives, la charia au paradis.

= image du paradis terrestre de 1200 îles et îlots entourés de corail et eaux turquoises. Touristes du monde entier,Européens en tête. Transfert depuis l’aéroport international (sur une île) par bateaux et hydravions jusqu’aux hôtels de rêve.

Malé = île-capitale. Ville la plus densément peuplée au monde, beaucoup d’immeubles et de taudis. Pas de plages pour les locaux.Juste une lagune artificielle où les maillots de bains sont interdits. Religion omniprésente. Maldives = répub islamiste les + rigoristes au monde.Depuis 2008, loi oblige les citoyens à être musul sunnites. Rétablissement de la peine de mort (= application de la charia). Les touristes n’ont jamais accès à cette situation. Ils sont tenus à l’écart volontairement.

Un seul musée aux Maldives. En 2012, extrémistes ont attaqué le musée et détruit les antiquités. = jour de coup d’Etat en novembre 2012 pour remplacer le président démocratiquement élu, jugé pas assez musulman. Destruction des antiquités pré-islamiques qui avaient entre 850 et 1200 ans. = bouddhas, visages humains proscrits par l’islam. = témoins de l’histoire des Maldives et des ancêtres qui avaient d’autres religions.

Carte postale n’est pas atteinte encore. 90 îles sont entièrement réservées aux touristes.Personnel presque exclusivement étranger : Européens, Malaisiens. Tenues, attitudes et lois différentes du reste du pays. Iles peuvent être à plusieurs heures de la capitale.

Hôtels ont des licences pour importer alcools et porc. Licence fournie par l’Etat qui demande de l’argent en échange, comme pour la licence de l’hôtel.

= sources énormes de revenus : taxes multiples sur les produits consommés par les touristes, notamment alcool et porc, pourtant interdits pas l’islam.

80% de l’éco repose / le tourisme = arrangement avec la charia = moyen de survie pour le gouvernement. Interdictions ne peuvent peser sur sur les îles où vivent les Maldiviens.

Touristes n’ont aucune connaissance sur ce qui se passe dans les autres îles.

Beaucoup de lunes de miel. Très rares Maldiviens sur les plages : quelques moniteurs qui vivent à distance des touristes.

Zones interdites aux touristes où s’applique la charia, parfois sur la même île : obligation de la prière 5 fois par jour, imams salafistes envoyés par Malé pour une application stricte de l’islam.

>Chocs violents entre deux mondes.

France 24, Le sultanat d’Oman mise sur le tourisme vert

Depuis plusieurs années, le PMO inspire moins confiance aux touristes qui cherchent de la sécurité dans leurs déplacements.

Egy= destination prisée par les Occidentaux. 2010 : 15 M de visiteurs pour 5 M en 2016. Peur de l’instabilité politique et surtout plusieurs attentats.

Reprise timide début 2017 (1.7 M au 1er trimestre) au grand soulagement des guides et des accompagnateurs.

14/07 : attentat à Hurghada, au bord de la mer rouge, contre des touristes étrangers.

Avril 17 : attentats contre coptes ou forces militaires. Appel des ambassades occidentales à la plus grande prudence : grosse influence sur les réservations.

Etat égyptien proclame un renforcement de la sécu sur les sites touristiques pour rassurer.

Avant 2011, tourisme en expansion au PMO. Ex : en Syrie, doublement des touristes entre 2007 et 2010 pour arriver à 8,5 M. Effondrement suite au Printemps arabe.

Jordanie, cernée par les conflits et non touchée par les combats, a perdu la moitié de ses visiteurs sur le site de Petra depuis 2011.

LaTurquie a récupéré une partie de ses flux, mais elle a été aussi victime des attentats depuis 2016 : Istanbul a perdu ¼ de ses visiteurs entre 2016 et 2017.

Israël, au contraire, a gagné 30% de touristes depuis 2008, même si le nombre de touriste baisse quand il y a des certains événements extérieurs, comme le printemps arabe, mais retour en force des touristes les années suivantes.

Explosion du tourisme en Iran également suite à l’allégement de l’embargo en 2016. Objectif de triplement des ressources liées au tourisme sur 10 ans.

Oman : tourisme haut de gamme privilégié dans le respect des traditions locales et du développement durable.

Ex : 82 villas de luxe construites à Zighy bay. Prestations haut de gamme : vue sur la mer, accession direct à la plage, piscine privée. 1500 €/nuit. Mais aussi, insistance sur le côté écolo : potager bio qui produit 80% des besoins du complexe, en fruits et légumes mobilier en bois de palmier de la plage, utilisation de l’eau de mer dessalée pour besoins quotidiens yc alimentation.

Sultanat multiplie les projets pharaoniques comme les hôtels dans les montagnes et face à la mer. Milliards d’€ d’investissement de l’Etat dans complexes hôteliers, golfs, marinas. 3 styles de décors : maisons à architecture grecque, italienne contemporaine et omanaise.

Près de Mascate, construction de 6 000 villas de 300m2 pour 1M€. Pour attirer les étrangers, obtention d’un visa à vie et exemption d’impôts. Présence de magasins de luxe internationaux. Attrait grâce à la stabilité du pays.

Turquie : baignades dans les bassins de Pammukale (= champ de coton littéralement), classés à l’UNESCO. = bassins millénaires d’eau chaude. = cascades pétrifiées.

Obligation de se promener pieds nus pour protéger le site.

= concressions d’eau de source chargée en minéraux qui continuent à s’étendre.

Création de piscines naturelles utilisées depuis l’Antiquité romaine : Romains ont crée une station thermale pour lutter contre les rhumatismes.