Vers l’épisode 2

Introduction – Émergence d’une région, mutations des territoires

Dans la géographie universelle coordonnée par Roger Brunet dans les années 1990, l’Asie du sud-est comprend actuellement 11 pays : le sultanat de Brunei, le Cambodge, l’Indonésie, Laos, la Malaisie, la Birmanie, les Philippines, Singapour, la Thaïlande, Timor-Leste, le Vietnam, des pays de taille, de population et de niveau de développement très éloigné.

Située dans la zone intertropicale entouré de mer chaude, l’Asie du Sud-Est s’enroule autour de l’Équateur et s’étend dans l’hémisphère nord au-delà du tropique du cancer jusqu’à 28° de latitude dans les régions himalayennes au nord de la Birmanie moins loin de l’hémisphère sud, la pointe de Timor approche 11° de latitude Sud.

Se trouve au bout du continent asiatique dont elle est séparée par des chaînes de montagnes issues de contreforts himalayens, l’Asie du Sud-Est forme l’extrémité tropicale du continent asiatique qui se rétrécit, les territoires continentaux que l’on qualifie de péninsule étant plus étroit que dans le reste du continent, et se termine en un chapelet d’îles qui jette un pont jusqu’à l’Australie comme un comme un isthme entre Asie et Australie. Cette région est en position de carrefour entre deux continents, le continent asiatique, l’Australie et l’Océanie, entre deux océans l’océan Pacifique et indien et à la jonction entre deux géants démographiques du sous-continent indien et de la Chine. Vu dans son ensemble, l’Asie du Sud-Est est maritime plus que continentale, la surface de la mer est double de celle des terres émergées : 9,3 millions de km2 de mer contre 4,5 millions de km2 de terre. Donnant par ses façades extérieures sur deux océans, elle compte aussi des mers intérieures, une « Méditerranée asiatique », la mer de Chine méridionale, bordée par tous les pays à l’exception de Laos qui n’a pas d’accès à la mer, de la Birmanie et de Timor-Leste et des mers intérieures dans les pays insulaire ou partagées deux à deux. Avec ses 26 000 km de côtes, les Philippines ont six fois plus de surface maritime que de surface terrestre, l’Indonésie avec 66 000 km de côte quatre fois plus. Aucun territoire ne se trouve loin de la mer, sauf peut-être l’extrême nord de la partie continentale et l’intérieur des plus grandes îles.

De par sa position géographique, à « l’angle de l’Asie » selon l’expression forgée par l’Élisée Reclus en 1983 et reprise par le sociologue Paul Mus en 1977, la région s’est trouvée de tout le temps au carrefour de routes commerciales terrestre reliant l’Occident à la Chine, routes terrestres caravanières reliant le Yunnan, situé sur la route méridionale de la soie, aux ports de la péninsule, et maritime empruntant le détroit de Malacca et longeant les côtes vers le nord, mettant la région en contact avec d’autres cultures qui mêlées au substrat locales, forgent son identité et lui confèrent une extrême diversité. Pour identifier et caractériser cette diversité, Denys Lombard en 1990 évoque ainsi des « strates », des » couches de culture plus ou moins ancienne, inégalement empilés les unes sur les autres et dont les affleurements, un peu comme les cadres géologiques, constitue la réalité actuelle« . C’est précisément cette diversité qui rend complexe la définition de l’Asie du Sud-Est en tant que région.

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.

Vers l’épisode 2