Dans la religion romaine romaine, les acteurs sont multiples, et l’on y retrouve associés les pontifes qui font le lien entre le politique et le religieux, mais également les différentes déclinaisons d’une religion romaine civique associée à des pratiques familiales privées.

3ème partie : Les acteurs du pouvoir et de la religion romaine, p131 à 201

Religions et pouvoir dans le monde romain de 218 av. J.-C. à 250 ap. J.-C. Caroline Husquin Cyrielle Landrea  Paru le 21 juillet 2020

Pourquoi étudier une religion romaine « morte » ? Du polythéisme au fait religieux

Les acteurs de la religion romaine romaine : introduction générale 

Les pontifes et le collège pontifical

Pater familias et culte domestique à Rome du IIIe siècle av. au IIIe siècle ap. J.-C. 

Les femmes, actrices de la religion romaine à Rome et dans le monde romain

Enfants, religion romaine et pouvoir

Les esclaves et leur place dans les pratiques religieuses romaines


Chapitre 1 : Les acteurs de la religion romaine romaine : introduction générale 

Pauline Cuzel

L’enjeu de la religion romaine romaine est la perpétuation de la communauté et son essor au travers d’une communication à double sens avec les dieux (perçus comme des citoyens supérieurs, qui participent à la communauté) avec lesquels la société via l’ensemble de ses membres doit s’assurer de bonnes relations (la pax deorum), impliquant de part et d’autre le respect de devoirs et d’obligations (la pietas).

Qui s’assure de cette communication quotidienne et en assure l’efficacité, qui prend les décisions pour fixer les règles de sa pratique aux différentes échelles allant de l’État romain, des provinces et des cités et jusqu’à l’intimité des foyers ?

I. Que signifie détenir le sacré à Rome

La religion romaine romaine repose sur deux piliers, les auspicia (la manière dont les hommes interrogent les dieux) et les sacra (les relations des hommes par les rites). Instaurés par les chefs politiques de la ville Romulus et Numa Pompilius fondateurs des institutions politiques et religieuses de Rome.

L’autorité religieuse à Rome ne repose pas sur la figure du prêtre, détenteur d’un savoir théologique et pratique et l’ordination (vision dérivée du modèle chrétien) : il existe bien des individus vus comme des prêtres, sacerdotes mais le pouvoir religieux n’est pas l’apanage des seuls sacerdotes.

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.