CULTURE, MEDIAS, POUVOIRS aux ETATS-UNIS et en EUROPE OCCIDENTALE (1945-1991),

PARTIE 2 – LE TEMPS DES CONESTATIONS ET DES CRISES

Chapitre 5 : Les Sixties. Jeunes, culture et contre-culture

1950-1960 : Baby-Boom + croissance économique = nouvelles pratiques culturelles.
Nouveaux modèles de consommation culturelle (musique, ciné, mode…) sont diffusés par les médias de masse (radio, magazines, TV).
= caractéristiques de l’émergence d’une culture jeune, très liée au processus d’américanisation.
= Mais la réception de ces modèles se décline différemment selon les pays
Voir comment les nouvelles pratiques culturelles se conjuguent avec de nouvelles formes de contestations politiques : « Qui sont les enfants de Marx et de Coca-Cola » (Jean-Luc Godard, Masculin féminin, 1966) et comment ils se font entendre ?

1) L’Angleterre des Sixties

Sixties : réf à une culture jeune, la culture pop, née en Angleterre et devenue en qqes années un phénomène planétaire. Essor fulgurant avec un temps fort (1964-1966), durant lequel la jeunesse, érigée en modèle, donne le ton sur le plan musical et vestimentaire.
Le RU a connu d’autres mvts de jeunesse au cours du XX°s mais sans commune mesure avec la vague déferlante des Sixties :
– E2G : autour de Rolf Gardiner et le Kindred of the kibbo Kift.
– Années 50 : les Teddy Boys issus des banlieues ouvrières.

Sixties : véritable phénomène de masse, la culture pop (popular) est le fait d’une génération, les baby-boomers qui arrivent à l’adolescence au déb des 60’s.
– 10-24 ans : 21,5% de la pop° => force économique et sociale à part entière (argent de poche = consommateurs).

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.