I. Des populations émotives et rebelles

Beaucoup d’insubordination, surtout dans les villes et à Londres. Les occasions de manifester étaient nombreuses : défilés des métiers, fêtes, défilés derrière un mannequin contre le pouvoir. Les Britanniques manifestaient souvent en foule : contre les hausses des prix, les réformes agraires. La répression était très dure. Riot Act (1715) : en cas de rassemblement de plus de 12 personnes ayant l’allure d’une émeute, l’acte était lu et la foule avait une heure pour se disperser. Risque de condamnation à mort sinon.
Les autorités locales et gouvernementales invitaient la foule à se rassembler pour des célébrations.

II. De nombreuses formes d’agitation et de rébellion

Les fêtes pouvaient être accompagnées d’agitation : 24 Mardis gras entre 1606 et 1641 : des bordels ont été détruits. Aussi des conflits des dissidents, des conflits industriels (chez les ouvriers textiles).
Cette agitation s’explique avec les catégories populaires et moyennes inférieures qui surréagissaient massivement quand leurs droits paraissaient menacés (augmentation des prix, rumeurs, exécutions publiques…). Ex de la révolte des Porteous Riot à Édimbourg en 1736, au moment d’une exécution capitale. Le capitaine Porteous a fait tirer sur la foule qui ne voulait pas que la dépouille soit détachée. 6 émeutiers sont morts. Il a été condamné et exécuté. Mais il a été tiré de sa prison par la foule et lynché et pendu (deux fois).

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.