Enseigner « les mondes arctiques, une « nouvelle frontière » sur la planète », en classe de seconde dans le cadre de la partie IV « Gérer les espaces terrestres ».

Questions :

1. En vous fondant sur les instructions officielles et l’état des connaissances scientifiques, formulez une problématique et dégagez les objectifs du sujet proposé.

2. Confrontez les démarches proposées par les extraits des manuels. Pour cela, vous tiendrez compte : des instructions officielles, de l’état des connaissances scientifiques, de votre problématique et de vos objectifs.

3. Proposez un découpage en séances du sujet proposé. Commentez la production liée à la classe et proposez une évaluation.

Composition du dossier :

A. Textes officiels :

– A-1. Extrait du programme de géographie de seconde (BOEN spécial n° 4 du 29 avril 2010).
– A-2. Extrait des « Ressources pour la seconde générale et technologique », Eduscol.

B. Textes scientifiques :

– B-1. Canobbio (Eric), Atlas des pôles, Éditions Autrement, 2007, p.5.
– B-2. Radvanyi (Jean), La nouvelle Russie, Éditions Armand Colin, 2007, p. 381-382.

C. Manuels scolaires :

– C-1. Extrait du manuel de géographie seconde, (étude de cas : la relance de l’intégration de l’Arctique russe peut-elle impulser un développement durable ?), sous la direction de Dominique Husken et Emmanuel Gagnepain, Paris, Hachette, 2010, p. 210-211.
– C-2. Extrait du manuel de géographie seconde, (étude de cas l’Arctique nord européen et russe), sous la direction d’Annette Ciattoni, Paris, Hatier, 2010, p. 196-197.

D. Production liée à la pratique de la classe :
-Devoir sur table, sous forme d’une réalisation d’un croquis.

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.