Chap 1 Les hommes et leur territoire

Un profil démographiques marqué par cinq tendances principales

Comme dans d’autres pays de l’union européenne on assiste à un double phénomène : un vieillissement (La part des seniors s’accroît) et une gérontocroissance (Hausse du nombre de personnes âgées). Ce vieillissement se marque également pour la progression de l’espérance de vie à la naissance et par un rapprochement des conditions de vie entre femmes et hommes. Le vieillissement est d’autant plus marqué que le taux de mortalité est maintenu un niveau relativement faible.
Plusieurs facteurs : des conditions de travail moins pénible, une législation plus protectrice, une amélioration de l’alimentation, un meilleur encadrement médical.
Conséquences : vieillissement de la population active et âge d’entrée sur le marché du travail en recul.
Ce vieillissement est atténuée par le grand nombre de naissances. L’indice de fécondité est le plus important d’Europe. Le nombre important de naissance (800000/an) masque néanmoins une évolution importante de la natalité : les femmes ont leurs enfants de plus en plus tard et elles ont tendance à avoir plus d’enfants que dans les années 80.
Plusieurs facteurs : les femmes sont de plus en plus nombreuses à faire des études et à les prolonger; elle cherche à stabiliser leurs situations professionnelles avant leur premier enfant; les recompositions familiales ont souvent comme effet des naissances tardives.
On assiste à un bouleversement familial et au développement des ménages de petite taille. On vit de plus en plus seul et le mariage est en recul: On se marie de plus en plus tard et de moins en moins. Dans le même temps le nombre de divorces a fortement augmenté. L’image du divorce a en effet changé : les divorcés ne sont plus exclus de la société et la plus grande indépendance économique des femmes leur permet d’envisager un divorce plus facilement.
La population de la France se diversifie grâce à des apports constitués d’étrangers ou d’immigrés. La part des immigrés au sein de la population a augmenté entre 99 et 2004. Son profil a évolué : féminisation grâce au regroupement familial; baisse des immigrés d’origine européenne; stabilité des immigrés d’origine maghrébine; progression des immigrés d’origine asiatique et d’Afrique subsaharienne.
La version française bénéficie d’un niveau de vie haut même si la précarité progresse. Les revenus sont élevés notamment grâce a la généralisation de la double activité au sein des couples et à la progression du niveau moyen de qualification. De plus les aides et les allocations versées par l’État permettent d’accroître les revenus, notamment des plus modestes. Au total, les impôts sur le revenu et les prestations familiales contribuent pour 60 % à la réduction des inégalités. Les dépenses de santé sont largement prise en charge par l’État. Cela permet à la France d’avoir un indice de développement humain élevé. En effet, grâce à ses ressources, la population consomme massivement des services et participent activement à la civilisation de loisirs que permettent la tertiarisation de l’économie, la réduction du temps travail.
Mais des inégalités existent: les familles nombreuses monoparentales sont particulièrement touchées par la pauvreté; des inégalités sont présentes au sein du travail (salaire, conditions de travail, volume de travail). En 2008, 4,3 à 7,8 millions de personnes sont considérées comme pauvres en France selon la définition de la pauvreté utilisée. Cette précarité peut s’ expliquer par la généralisation de nouvelles formes de travail (CDD, temps partiel), par le prix élevé des logements pour les grandes villes, par l’augmentation des divorces et des séparations…

Une perception renouvelée de l’espace

Le caractère urbain de la population, les mutations du profil démographique des conditions de vie ont modifié les choix de la population en matière de lieu de résidence, ses besoins en terme de logement et sa perception des espaces nouveaux urbains.

On assiste à l’émergence de trois paramètres qui influencent le choix du lieu de résidence : l’allongement du nombre des années de retraite, l’amélioration de la mobilité quotidienne et la généralisation de la double activité au sein des ménages ainsi que la pratique de la double résidence.
L’allongement de la durée moyenne d’une vie pousse les retraités à prêter attention à leur cadre de vie. La retraite est désormais envisagée comme le commencement d’une nouvelle vie et signifie, pour les retraités, la possibilité de satisfaire de nouvelles inspirations comme un retour vers la nature, vers les lieux d’origine, ou vers un rapprochement familial.
Durant la période d’activité des ménages, les critères de choix du lieu de résidence évoluent avec l’amélioration de la mobilité et la généralisation de la double activité au sein des couplmes.Les fluctuations de carrière rendent difficile l’établissement du logement à proximité du lieu de travail qui peut changer au gré des emplois des deux actifs. Aussi, un nombre croissant de ménage s’est installé sans tenir compte de ce paramètre dans un cadre jugé plaisant, souvent périurbain mais bien desservi. Ils acceptent de longs déplacements quotidiens. Cet éloignement permet l’achat d’une maison individuelle avec jardin, ce qui est l’aspiration de l’immense majorité de la population
La double résidence progresse avec la montée du télétravail. Une partie des actifs résident dans de vastes logements en périphérie ou en milieu rural et possède un petit logement dans le centre d’une grande ville. Ce phénomène est également visible chez les retraités.
Il existe aujourd’hui une nouvelle approche de l’espace rural. Jusqu’à la fin des années 60, les campagnes étaient perçues exclusivement comme des espaces agricoles. Elles sont désormais recherchées par les citadins en mal de nature. C’est bien désormais le vide et les paysages qui séduisent. La campagne devient le terrain de jeu et le lieu de détente des citadins. Tout ceci est permis par une meilleure accessibilité de ces espaces.
Ce changement à plusieurs conséquences : croissance démographique, montée des prix du foncier, maintien de certaines activités de services, effets négatifs de la présence de l’homme (dégradation environnementale).

Les mobilités et leurs effets

Les migrations internationales ont un impact territorial relativement limité en France, néanmoins, elles ne sont pas sans conséquences sur la transformation de la société.
La plupart des immigrés se concentre dans les grandes villes qui offrent souvent l’anonymat et des possibilités accrues d’hébergement et d’emploi. 40 % des immigrés résident en Île-de-France. 60 % sont concentrés dans trois régions : l’Île-de-France, le Rhône-Alpes, l’Alsace.
Les populations immigrées ont tendance à sa regrouper spatialement. Cela permet de maintenir des liens avec la culture d’origine, d’établir des associations qui assurent une protection des populations mais limitent les possibilités d’intégration. Même si les 3/4 des immigrés ne vivent pas dans une zone urbaine sensible. Ces dernières sont peuplées pour près de la moitié par la population majoritaire et pour l’autre moitié par les immigrés et les enfants d’immigrés. Il y a alors une forte concentration des formes de précarité. En raison de leurs revenus modestes, les populations immigrées s’installent souvent dans les cités périphériques. Aujourd’hui, ces cités concentrent des populations très jeunes mais souvent exclues sur le plan économique et stigmatisées.Ces espaces, souvent situés dans les banlieues, au point que l’on réduit abusivement le terme de banlieue à ces seules cités, sont marqués par un déficit d’équipements collectifs et de mixité, conduisant une partie de leurs habitants à vouloir les quitter. Habiter en zone urbaine sensible stigmatise parfois les individus qui rencontrent des difficultés pour s’insérer, et ce, indépendamment de leur origine ou de leurs qualifications.
Les migrations internationales créent des solidarités économiques puisque les migrants renvoient dans leur pays d’origine des sommes d’argent indispensables à la survie de ceux restés sur place.
En moyenne, 12 % des français déménagent chaque année, la plupart sur une courte distance. Ce

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.