Découper les espaces

La carte des continents : objet banal. Nommé et rehaussé par le choix des couleurs = entité indiscutable. Mais d’où vient ce découpage ? Qui l’a « inventé » ? découpage = moyen de connaître mais aussi de s’approprier. Ces découpages passent par des acteurs. Ils sont le produits de représentations spatiales et contribuent à les entretenir où à en créer d’autres (Lewis, Wigen, 1997)

Les découpages existent

Découpage des continents est naturalisé (rendre naturel, faire disparaître l’idée de construction, rendre évident) = deviennent choses qui existent.

→ La carte participe de cette réification, la renforce et inscrivant les découpage sur un support matériel avec

des limites, couleurs, trames, noms = moyen d’ancrer des représentations

= Grille de lecture du monde.

Peut-on créer un découpage englobant des différences aussi importantes : ex de l’Afrique (article de Sylvie

Brunet en 2011 dans Sciences humaines) se demandant sur l’Afrique est-elle bien partie ? Entité unique ?

Sylvie Brunet dément rapidement l’idée d’unité du continent africain.

Une mise en ordre du monde

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.

 

Claude Raffestin suggère : analyse des frontières est réintégrée à une géo sociale des discontinuités. La limite devient un terme générique « agencement mettant en contact 2 espaces juxtaposés et permettant leur interface (Levy, Lussault) = les limites sont néanmoins rarement la négation de l’interaction des sociétés.

Mais l’état-nation est aussi un faiseur de frontière qu’il s’applique à rendre hermétique. Différents vocabulaires se déploient en géo pour les limites (confins, gradients, marche, marge, seuils) en fonction de leurs effets.

La question des formes des limites spatiales      : la représentation carto est difficile quand l’espace n’est plus
considéré comme une aire. Mais on peut considérer une communauté religieuse comme une aire géographique,

mais peut-on vraiment concevoir des faits culturels comme des aires circonscrites avec des bords         ? Dans un
champ migratoire, chaque migrant opère une interface entre l’espace d’accueil et son lieu d’origine.. Si l’on considère le migrant comme un acteur spatial dont la mobilité se déploie à plusieurs échelles = modèle de frontière. Penser ses agencements spatiaux par des termes comme rhizome et d’horizon. (Lévy, Retaillé 1992)