Partie I. La monarchie exécutive du premier XVIIe siècle. 

  1. Scènes primitives de la naissance de l’État de raison.
  • Un évènement fondateur dans l’histoire de la « nation France » : l’abjuration d’Henri IV le 25 juillet 1593.
    => Recharge sacrale de l’État royal dans un royaume divisé, éclaté en partis politiques et religieux rivaux : le roi faisait ainsi coïncider sa religion personnelle avec celle de la majorité de ses sujets.
    => Abjuration du roi s’ordonne dans une théorie stoïcisante de la raison ou de la soumission nécessaire à un ordre universel qui implique la paix civile.
    => Finalité de la conversion de Henri IV fut l’unité retrouvé d’un royaume aspirant à un bonheur terrestre concrétisé par d’ambitieux projets de restauration agricole, artisanale, et commerçante. 
  • Cet État de raison fondé par l’abjuration et le sacre d’Henri IV institua une religion royale plus forte que jamais.
    => Le sacre d’Henri IV à Chartres en 1594 revit une signification exceptionnelle : « Tout se passe comme si le roi existait pour l’État et non comme dans l’ordinaire des temps, l’Etat par le roi » (M. Gauchet).
  • Un autre événement fondateur contribuant à consolider les assises de cette nouvelle monarchie sacrée : la signature de l’édit de Nantes le 30 avril 1598.
    => Avec l’édit, l’État royal est arbitre de la croyance et institutionnalisme un dualisme confessionnel au nom de l’intérêt supérieur de la chose publique.
    => Des commissaires du roi, agents directs du pouvoir central furent nommés pour imposer sur le terrain le respect des décisions prises à Nantes.
    => Edit qui confirme au-delà des résistances, la dimension exécutive de l’autorité de l’État royal, conçu à la fois comme absolu et arbitral. 
  • A la fin du XVIe siècle, la monarchie apparaissait comme l’unique garant de l’intérêt commun au-dessus et contre toutes les factions, de toutes les opinions. 
  • En instrumentalisant la religion pour la bonne cause, l’ordre public, Henri IV a refondé l’absolutisme de droit divin. 
  • La Souveraineté s’incarne alors dans la figure d’un roi de gloire, souverain d’une ère nouvelle mais paradoxalement jamais jusqu’alors la monarchie apparemment absolue ne s’est jamais autant divisée, séparée, éclatée. 

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.