Fiche de Lecture du manuel d’Anthony Simon sur les espaces du tourisme et des loisirs

Chapitre 1 : Délimiter l’espace-temps du tourisme et des loisirs.

Le tourisme se présente comme une pratique ancienne, aux définitions complexes, au dénombrement incertain et aux enjeux multiples pour les espaces concernés. Le tourisme est un terme auquel on accole fréquemment celui de loisirs, au point même de les confondre.
Tourisme et loisirs se placent dans un même temps, celui du hors-travail et des contraintes habituelles de la vie quotidienne. Or, le tourisme implique nécessairement un déplacement, celui de quitter temporairement son lieu de résidence habituel pour une durée supérieure à 24 heures, à la différence des loisirs qui peuvent se pratiquer à domicile et dans l’espace proche, dans le temps du quotidien.
L’espace-temps du tourisme se définit alors par une discontinuité par rapport à l’espace-temps de référence, dans l’espace national et, au-delà, dans le reste du monde. Il échappe à l’influence du lieu de départ pour s’établir dans le lieu d’arrivée pour durée n’excédant pas trois mois, voire une année selon les définitions officielles, année au-delà de laquelle le changement durable de résidence relève de la migration et non de la mobilité touristique.

I – Loisir, loisirs, vacances : trois acceptions à différencier dans l’usage.
L’association des trois termes semble a priori aller de soi, mais elle se révèle source de confusions. Si le loisir désigne une temporalité particulière, les loisirs se rapportent à des activités, alors que les vacances relèvent d’une certaine durée de séjour et de motifs particuliers de départ.

1 – Le loisir, synonyme de temps libre.

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.