INTRODUCTION

La commune nouvelle des Pieux, au Nord-ouest du Cotentin, dans le département de la Manche, ne verra pas le jour. Le 6 novembre 2016, Flamanville, une des commues consultées, a voté massivement contre. Les quinze communes de la communauté de communes des Pieux ne seront finalement pas fusionnées en une commune nouvelle, qui se substitue aux communes préexistantes, comme le prévoit la loi du 16 novembre 2010, dite loi RCT, de Réforme des Collectivités Territoriales, votée sous le gouvernement Fillon, Sarkozy étant alors Président de la République et qui inaugure le 3e acte de la décentralisation. Les habitants de ce qui était déjà une communauté de communes ont été consultés dans un référendum : le « oui » l’a emporté à 4 030 voix, contre 1 440 pour le « non ». Mais Flamanville a voté massivement contre le projet, à 80 %. Le « oui » devait l’emporter dans toutes les communes pour que le préfet du département puisse décider de la création d’une commune nouvelle. « La date du 6 novembre est celle d’une victoire de la démarche de proximité », a réagi Patrick Fauchon, maire de Flamanville, suite au dépouillement dans sa commune. Les maires des quatorze communes qui ont voté « oui » se sont réunis aux Pieux. Parmi eux, trois étaient contre le projet, mais leurs habitants ont voté autrement. Devant l’assemblée, Jacques Lepetit, maire des Pieux, a pris la parole. « Nous sommes des communes qui n’avons pas peur de l’avenir. ». L’avenir a été rapidement décidé, puisque l’EPCI (Établissement de coopération intercommunale des Pieux) a été intégré le 1er janvier 2017, suite aux dispositions de la loi NOTRe (Nouvelle organisation territoriale de la République) de 2015, à l’ensemble Nord Cotentin, regroupant 150 communes et 182 000 habitants et présidé par la ville de Cherbourg. La Manche est désormais divisée en 8 intercommunalités, contre 27 auparavant, qui regroupent les 516 communes qui formaient le département. C’est à se demander si l’ancienne organisation territoriale de la France, qui fut la règle de 1790 aux lois de décentralisation de 1982, n’est pas en train de voler en éclats.
Les territoires locaux évoquent d’abord l’espace vécu, les « Bassins de vie » définis par l’INSEE, mais il faut aussi évoquer l’échelle locale, la question de la proximité, du voisinage.

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.