Troisième partie :

La raison serait-elle la raison d’Etat ?

– rationnalité politique et raison d’Etat (1740-1775) –

Introduction de la troisième partie

1740 : Décennie charnière. Année 1740 : Changement de souverain à Berlin ET à Vienne. Fin de la période de Fleury en France. En Angleterre, changements aussi. Depuis Utrecht il y avait eu beaucoup de diplomatie, de négociations. Là, les armes reprennent le dessus.

Le despotisme éclaire c’est la volonté de réformer. Ca se traduit par le fait que chaque prince a désormais son conseiller philosophe français. (ex : Voltaire à Berlin et Postdam auprès de Frédéric II de Prusse ; Diderot et Catherine II de Russie). Les Lumières trouvent leurs raisons d’être et prennent de l’ampleur. Pour autant, cela ne fait pas encore bouger les structures économiques, sociales et politiques. De manière générale, les rénovations du système par les despots éclairés nécessitent un renfort du pouvoir central/de l’appareil étatique (ex : nécessité de bien récolter les impôts pour faire la guerre). Les Rois de France et d’Angleterre taxent surtout les bourgeois. Le besoin d’éducation est de plus en plus important, l’Etat doit financer tout cela. L’Eglise catholique se voit menacée dans l’éducation car les Lumières prennent de la place.

1773 : Suppression par la papauté de la compagnie de Jésus = les jésuites !

Les despotes éclairés = Contradiction de souverains qui ont lu les philosophes, sont très cultivés et ont de beaux projets de transformation du pays mais qui :

    • Ne remettent pas en cause le servage et la société d’ordre hérités du Moyen-Âge

  • Les Clionautes multi-écran

    Vous souhaitez lire la suite ?

    Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

    Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

    La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.