Inez Scott Ryberg (1901-1980) était une universitaire et archéologue classique américaine, membre de l’Académie Américaine de Rome, spécialisée dans l’archéologie, l’art romain et l’architecture. Elle s’était déjà intéressée aux rites romains dans des articles précédents, comme « The Procession of the Ara Pacis » (1949). Un autre ouvrage majeur, Panel Reliefs of Marcus Aurelius (1960), complète cette étude. Se fondant sur des données archéologiques collectées au cours de précédentes études, ainsi que sur une approche à la fois artistique, archéologique et historique des monuments romains, son ouvrage Rites of the State Religion in Roman art constitue une recension très exhaustive et organisée des différentes représentations de rites religieux ; il a également pour objectif de dégager certains traits caractéristiques des politiques religieuses impériales et des pratiques religieuses de l’époque.

Les rites sont le plus souvent représentés sur des reliefs sculptés qui décoraient les monuments publics érigés pour commémorer des événements d’importance, comme les arcs de triomphe, ou pour mettre l’accent sur des aspects particuliers des politiques officielles, comme l’Arc de la Paix. Ainsi, l’analyse de l’auteure, d’abord chronologique puis typologique, porte sur ces reliefs décrits avec détail et parfois mis en relation avec d’autres formes d’art. Deux chapitres sont également consacrés aux reliefs des monuments privés et aux types numismatiques. Si Inez Scott Ryberg part des origines grecques et étrusques pour souligner diverses influences dans la représentation des rites religieux, son propos est centré sur une période allant approximativement de la fin de la République à la fin de la dynastie des Sévères.

L’expression « religion d’Etat romaine » est souvent utilisée dans les analyses. L’auteure semble ici lui donner sons sens le plus restreint, c’est-à-dire les rites dirigés par les prêtres publics ou les magistrats, l’empereur étant inclus dans ces deux groupes.

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.