Chapitre 3 : Les colonies américaines : façonnées sur le modèle anglais ? (p.103-p.110)

La question d’identité et de protection de l’individu par la common law anglaise est central dans les préoccupations des colons. Elle est la cause de nbs rebellions et contestations des autorités coloniales et de la monarchie parlementaire anglaise. La Virginie, 1ère colonie de peuplement qui prospère, est d’abord confiée à la Virginia Company of London grâce à une charte royale en 1606 puis dissolution de la compagnie commerciale en 1624. La Virginie devient alors une colonie royale. Modèle anglais adopté pour les institutions et le droit commun. Rapidement les colons prennent des initiatives. Apparition rapide d’une identité indigène menant à une « gouvernance consensuelle ». Gouvernance qui rencontre des limites et en l’espace d’un siècle, malgré les efforts de la couronne pour retenir ses colonies, elles avaient déjà trop gagné en autonomie pour admettre la soumission à une métropole lointaine et abusive.

I/ Transplantation des institutions parlementaires depuis l’Angleterre vers l’Amérique (p.104-p.105)

A/ Une colonisation improvisée (p.104)

Lorsque l’on étudie la colonisation anglaise, 2 écoles de pensée s’affrontent : ceux qui parle d’un plan de colonisation et ceux qui affirme qu’il s’agit de concours de circonstance et même de hasard.

L’empire anglais ne découlait en aucun cas d’un plan de colonisation ou d’une quelconque velléité stratégique. Comme l’expose W. Burke, les colonies sont créées par « accident », à la suite d’un climat favorable ou à de bonnes initiatives. Même si Jacques Ier considérait ses premières colonies comme des extensions de l’Angleterre, il ne fait rien pour transplanter le modèle anglais au-delà de l’Atlantique. Il s’empresse de confier le peuplement et la gestion de la Virginie à la Company car il ne souhaite pas s’impliquer dans le développement de cette dernière, si ce n’est pour toucher les profits, ou plutôt en récolter les honneurs. Point central qui marque une différence avec l’empire français. Contrairement aux colonies de l’empire français dont les lois émanent de la Couronne, les colonies anglaises ne sont pas régies par le monarque mais par des rassemblements de marchands ou des nobles qui avaient obtenu une charte royale.

B/ « Gouvernance consensuelle » (p.104-p.105)

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.