1ère partie. L’évolution générale

      1.La gestion politique de l’espace et des hommes

-NB : au MA, dans le monde musulman comme en Occident chrétien, le concept humaniste de l’Homme, appréhendé hors situation, n’existait guère. Chaque individu était englobé dans des catégories, musulman, chrétien, juif, citadin de telle ville, membre de telle tribu, paysan de tel village. Ces catégories étaient elles-mêmes partagées en sous-ensembles de +/+ précis. Ainsi les chroniqueurs arabes musulmans médiévaux traitant de l’Égypte différencient nettement chiites et sunnites et même chaque école juridique ou théologique dont se réclament les personnages musulmans en cause ; à l’inverse, ils mentionnent en général, un chrétien ou un juif sous ses simples qualificatifs, comme des catégories suffisamment identifiées par elles-mêmes, alors que les chroniqueurs arabes, coptes ou chalcédoniens indiquent avec soin de quelle Église relevait tel secrétaire de diwan, nouvellement nommé, ou tel autre simple particulier, victime de violence et ne précisaient pas gd chose en matière d’appartenance théologique juridique des protagonistes musulmans de leurs récits.

2.Histoire, démographie, histoire comparée,      

 périodisation

plusieurs périodes : avant le X° d’abord

Équilibre du X°

20 millions d’habitants pour l’Occident chrétien

20 millions pour l’Empire byzantin

40 millions pour les pays musulmans (des frontières de l’Inde à l’Atlantique) / 5 millions en Irak, 3 millions en Iran, 5 à 6 millions pour al-Andalus, 3 à 4 millions pour le Maghreb, 4 millions pour l’Egypte / et 500 000 habitants pour Bagdad, 300 000 pour Cordoue

Puis déclin / reprise de l’essor / peste XIV° …

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.