Chapitre 4 : Au cœur de la trame urbaine, en marge des politiques publiques : une géographie diversifiée des bourgs-centres et des petites villes en France

Depuis le Haut Moyen Age, le territoire français est structuré par trame régulière de bourgs-centres et de petites villes. Cette armature a longtemps constitué le socle du système urbain français.

La première définition d’une commune « urbaine » n’est arrivée qu’en 1846 (le coup des 2000 habitants). La dimension qualitative (place des élites locales, diversités de professions, densité des services) était déjà utilisée pour définir le rang d’une ville. Ce sont les prémices de la définition des hameaux, bourgs-centre, villes…

On est arrivé au concept de « villes intermédiaires » qui jouent un rôle fondamental d’intermédiation territoriale en se situant à la fois :

– entre la ville et la campagne, permet d’animer les territoires ruraux avec rôle d’impulsion à la vie locale et accès de services

– entre les métropoles pour constituer des relais et servir de nœuds d’interconnexions

On s’intéressera ici aux entités de 500 à 2000 habitants (bourgs-centre) et ceux entre 2000 et 20 000 habitants (petites villes), dont les trajectoires démo, éco et sociales peuvent diverger.

I) Bourgs-centres et petites villes : une dynamique récemment renouvelée

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.

Fin de la première saison
Vers la saison 2