Les universités au Moyen Âge

Jacques Verger – 1973, Presses Universitaires de France

Résumé:

Jacques Verger propose une histoire des universités depuis leur création à la fin du XIIème siècle jusqu’à la fin du Moyen Âge. Il ne s’occupe pas des enseignements en tant que tels, ni de l’histoire des acteurs mais des universités en tant qu’organisations.

Dans la première partie, XIIème-XIIIème siècles, il raconte la naissance spontanée des premières universités (Paris, Bologne en exemple) puis les fondations du pape ou de l’empereur. Il décrit la structure et les statuts qui se mettent en place, puis les conflits et problèmes du XIIIème siècle : la lutte de pouvoir avec les ordres mendiants, et le conflit théologique qui aboutit à priver les universités de leurs penseurs les plus audacieux (averroïstes)

Il décrit ensuite pour le XIVème et XVème siècles les relations de l’université avec les différents pouvoirs : avec l’Église, les États et avec la société.

Intérêt scriptural:

D’une part les universités sont des corporations nées au début du XIIIème siècle et qui se font une place dans la ville avec l’appui du roi et du pape et les chartes, les statuts, etc sont très importants dans leur existence. A partir du XIVème siècle, la gamme des textes s’élargit et l’on a conservé des registres plus administratifs, livres de compte, compte-rendu de débats, biens et revenus des collèges, etc.

Un document clé est le rotulus, rotuli qui est la liste de tous les maîtres ou étudiants d’une université en état de recevoir un bénéfice ecclésiastique, envoyée au pape pour supplique.

D’autre part les maîtres et étudiants transforment le livre d’objet d’art à objet de travail: ils améliorent les techniques de copie, ils modifient l’objet pour le rendre plus pratique et moins coûteux (division en cahiers, suppression enluminures, etc)

Enfin, les maîtres et écoliers sont des lettrés et écrivent eux-mêmes ou font écrire à titre personnel : lettres, testament, comptes, etc.

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.