Louis XIV à son arrière petit fils (Louis XV) d’après Voltaire dans Siècle de Louis XIV paru en 1715.

«Tâchez de conserver la paix avec vos voisins. J’ai trop aimé la guerre ; ne m’imitez pas en cela, non plus que dans les trop grandes dépenses que j’ai faites. Prenez conseil en toutes choses, et cherchez à connaître le meilleur pour le suivre toujours. Soulagez vos peuples le plus tôt que vous pourrez, et faites ce que j’ai eu le malheur de ne pouvoir faire moi-même. »

Plusieurs versions nous sont parvenues de ces dernières paroles. Elles expriment toute le bellicisme qui a caractérisé le règne de Louis XIV. Il a mené un règne de guerre à la fois par nécessité dès son jeune âge (Conflit contre l’Espagne depuis 1635), par éducation et par goût.

Au combat

Printemps 1646 : Il est placé par Mazarin à l’âge de 8 ans dans un rassemblement de l’armée à Amiens pour la campagne annuelle en temps de guerre.

La guerre est au centre des apprentissages des jeunes princes, ils sont formés aux combats très tôt. Il est d’ailleurs toujours impliqué dans les opérations militaires, de l’année de son sacre (1654) jusqu’à son dernier siège à Namur (1692). Il suivait une tradition française : sa présence était pour lui à la fois une nécessité et une attente de sa noblesse (les bellatores, l’ordre des guerriers). Il l’explique par ailleurs à son fils dans ses mémoires :

« Le soin particulier que je prenais des troupes qui servaient auprès de ma personne faisait que la plupart des jeunes gentilshommes français souhaitaient passionnément d’y venir apprendre leur métier, et que même plusieurs officiers réformés avaient passion de rentrer dans un service où l’on était exposé si près de mes yeux. »

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.