Cet ouvrage collectif d’une trentaine d’auteurs a été écrit et publié sous la direction de Philippe DUHAMEL et Rémy KNAFOU, membres de l’équipe « Mobilités, Itinéraires, Tourismes » (MIT) constituée dans les années 1990-2000 à l’Université Paris 7 – Denis Diderot.

Professeur de géographie à l’université d’Angers et directeur du Département « Tourisme et loisirs », Philippe DUHAMEL a présidé la Commission de géographie du tourisme et des loisirs de 2011 à 2017 au CNFG (Comité National Français de Géographie) et dirige actuellement le Festival international du Tourisme d’Angers. Il travaille essentiellement sur les conditions de mise en tourisme des lieux, leur pérennité et leur éventuelle sortie de la fonction touristique. Il s’intéresse aussi à l’histoire du tourisme et à ses grands modèles.

Rémy KNAFOU est professeur émérite des universités en géographie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il est le fondateur, en 1993, de la première équipe française de recherche dont l’objet était centré sur le tourisme et a dirigé à ce titre la trilogie rédigée par l’équipe MIT : Tourismes 1. Lieux communs (2002), Tourismes 2. Moments de lieux (2005)  et Tourismes 3. La révolution durable (2011). Auteur d’une thèse sur les stations intégrées de sports d’hiver des Alpes françaises, il s’est également intéressé plus largement à la transformation des lieux touristiques et à la question des mobilités en géographie.

Dans cet ouvrage, les différents auteurs mettent en valeur les relations anciennes qui existent entre villes et tourisme et utilisent pour cela de nombreux exemples. Pour eux, c’est la ville qui a inventé le tourisme puisqu’elle est attractive par son patrimoine, sa modernité et les événements qu’elle organise.

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.