Thèse de l’ouvrage : explorer les deux notions de patrimoine et tourisme. Quelle es la part des touristes dans la construction de la mémoire. Comment tourisme et mémoire participent à la production des territoires et comment patrimoine et tourisme font partie des politiques d’aménagement des territoires. Montrer que patrimoine et tourisme procèdent d’un même système de valeurs, dont la diffusion mondiale est conforme à un seul et même mouvement de mise en ordre du monde.

Introduction : Patrimoine et tourisme : un pari de l’inutile ?

L’histoire de la tour Eiffel a été écrite par les ingénieurs puis réécrite par les touristes :

– Tour Eiffel en 2009 : 6,6 millions de visiteurs

=> édifice qui ne devait servir à « rien ». Or échappe à ses concepteurs et est devenu un édifice parmi les plus visités et les plus rentables du monde.

=> part toujours croissante du patrimoine et tourisme > « phénomènes globaux », même si forte influence occidentale.

Patrimoine et tourisme : une liaison récente

L’originalité du monde contemporain n’est pas d’entretenir des relations au passé et à l’ailleurs MAIS plutôt d’allier l’ailleurs au passé

  1. David Lowenthal (1985) : The past is a foreign country, interprète le passé comme un pays étranger

Chronologie :

  • 1960s > démocratisation du tourisme et passage de la notion de monument à celle de patrimoine
  • 1972 : signature de la « Convention mondial du patrimoine mondial » (notion anglo-saxonne d’Heritage)
  • 1975 : Année européenne du patrimoine et signature de la Charte européenne du patrimoine architectural
  • 1982 : journées du patrimoine en France = 600 000 visiteurs / 12 millions ajd’h

Liaison de deux phénomènes différents dans leur nature et leur manifestation

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.