La puissance est un concept cardinal des relations internationales ; encore faut-il le définir avec précision, tâche qui n’est pas aussi aisée qu’il pourrait paraître[1].

=> La puissance semble pouvoir se mesurer et appartenir pour une large part au quantitatif. Ainsi la Guerre Froide a vu se démultiplier les tableaux comparatifs entre les forces du Pacte de Varsovie ou de l’OTAN à l’instar de l’étude «Force comparison 1987[2]». Dans ce cadre il s’agit de mettre en avant des données brutes de blindés, de divisions, de budgets et d’en tirer des conclusions quant au classement de puissances.

=> Cette approche peut cependant être contestée car trop restreinte. C’est ainsi que Raymond Aron propose de définir la puissance comme : « la capacité d’une unité politique d’imposer sa volonté aux autres unités. En bref, la puissance n’est pas un absolu, mais une relation humaine[3] ». Dans ce cadre les listes de matériel ne permettent point de résoudre d’autres questions clés car une liste n’a jamais fait l’opérationnel. Des capacités doivent être questionnées quant aux cibles, quant aux missions, quant aux adversaires potentiels, quant à leur valeur technique, tactique, morale.

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.