Les frontières s’effacent ; les frontières disparaissent ; les frontières réapparaissent ; les frontières se renforcent… au gré des périodes et des représentations médiatiques et collectives. Cela traduit une réalité: les frontières sont le fruit de dynamiques permanentes entre ouverture et fermeture, entre enjeux internationaux et coopérations locales et régionales, entre ouverture aux flux d’échanges et le nécessaire contrôle pour la sécurité intérieure.

Chapitre 1 : La frontière, construction politique. (Fabienne Leloup)

La frontière en sciences politiques

Vaughan-Williams (2011) définit la frontière étatique comme « ni naturelle, ni neutre, ni statique », elle s’affirme comme « un phénomène dynamique historiquement contingent » qui influence avant tout le quotidien des populations. La frontière est souvent abordée par les sciences politiques ciomme conséquence d’un acte politique, un résultat, un attribut voire un outil de politique publique. Les frontières peuvent être considérées comme des institutions territorialisées opérant à plusieurs échelles, qui ne s’imbriquent pas forcément. Il s’agit de l’échelle de l’Etat national, où s’exerce le contrôle régalien, exclusif et légal. Dans ce cadre, la frontière est une limite qui sert de lieu métaphorique à l’identité nationale et citoyenne. A l’échelle interétatique, la frontière est parfois barrière, parfois ressource.

L’acte politique d’établissement de la frontière génère deux processus :

  • Processus interne : la frontière détermine la fin du territoire sur lequel une souveraineté règne. Elle a une fonction de marquage, délimite un cadre géographique qui correspond à un territoire dominé et quadrillé en entités administratives. C’est la frontière politique.

  • Processus externe : la frontière trace une ligne de contact entre deux souverainetés. Elle différencie spatialement les deux espaces. Elle est un attribut d’un Etat et de son territoire. Depuis 1960, le transnationalisme se développe. L’Etat est vu comme un acteur parmi d’autres, tous indépendants. Dans cette optique, la frontière est vue comme un attribut de l’Etat mais aussi des communautés régionales, et une variable parmi d’autres pour l’étude de la mondialisation et des territorialisations (Battistella, 2009).

  1. La Frontière et l’Etat

  1. L’Etat-nation

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.

Le Retour des frontières

Michel Foucher

Le géographe et diplomate qui a été le premier à aborder le retour des frontières.

Michel Foucher

Qu’est-ce qu’une frontière aujourd’hui ?

Anne-Laure Amilhat Szary

Anne-Laure Amilhat Szary, géographe spécialiste des frontières
Spécialiste de géographie politique, professeure de Géographie à l’Université Grenoble-Alpes et directrice du laboratoire CNRS Pacte (UMR 5194).

 

François MOULLÉ

François Moullé
Les coopérations transfrontalières en Europe de l’ouest.

◊ Maître de conférences (23ème section), agrégé de géographie

◊ UFR Histoire Géographie Patrimoines