NOUVEAU => État, pouvoirs et contestations – Monarchies française et britannique et leurs colonies américaines 1640-1780

Nous avons là une excellente fiche de lecture qui présente un intérêt majeur pour le candidat sérieux. À partir des différentes rubriques qui sont proposées sur les neuf épisodes que représente cette recension très exhaustive, le candidat astucieux pourra très largement se servir de cette base pour constituer son propre corpus documentaire sur la question.

Il pourra le compléter par exemple avec des ressources que l’on peut trouver en ligne, notamment les publications de la revue d’histoires moderne et contemporaines et quelques autres.

Évidemment, cela demande plus d’exigence que de reproduire l’apprentissage que l’on a connu dans les années lycée, un défaut que l’on peut retrouver chez beaucoup trop de candidats. Si l’on veut prendre au sérieux ce que l’on peut dire à propos des concours de recrutement de l’éducation nationale, tant qu’ils existent sous leur forme actuelle, il conviendra d’être exigeant envers soi-même. Comme les Clionautes le sont envers les candidat qui prépare le concours et dont nous accompagnons la réussite. 

Ce travail qui a été fourni est tout à fait exemplaire et mérite de très larges encouragements. Car il s’agit d’une prise de distance à l’égard de l’ouvrage, souvent de circonstance, publié pour le concours, avec une réflexion personnelle qui mérite très largement l’attention.

Introduction et mise au point historiographique
L’Angleterre en révolution (1637-1649)
La Glorieuse Révolution et la fin des Stuarts (1689-1714)
Les révoltes populaires en France et en Angleterre aux XVIIe et XVIIIe siècles
I) La question de la conscience politique du peuple face à la révolution anglaise et à la Fronde
Les Frondes et la dispersion des pouvoirs (1648-1653) 
Pouvoirs et contestations durant le Commonwealth et le Protectorat (1649-1660)
L’Angleterre des Hanovres (1714-1783)
Contestations et échecs réformateurs dans la France du XVIIIe siècle
Les contestations théoriques du pouvoir
V) Les îles  Pouvoir et contestations dans les colonies d’Amérique

Etat, pouvoirs et contestations politiques dans les monarchies française et britannique et dans les colonies américaines (vers 1640-vers 1780) Chapitre 1

Cette fiche sur le premier chapitre d’un manuel présente l’intérêt de proposer aux lecteurs une lecture synoptique, sur une double page qui permet sur la gauche d’avoir le contenu, tandis que la droite permet de présenter un certain nombre de concepts et de notions.
Présentée au format PDF cette fiche est filigranée et non reproductible non téléchargeable et non imprimable.
Il s’agit d’un instrument de travail destiné à la lecture sur écran, qui permet de prendre des notes parallèlement et de construire un raisonnement.

Deux monarchies plus porches qu’on ne le pense

Comme le note Burke en 1790 dans ses Réflexions sur la révolution de France, les Français ont une image déformée par les écrits de Montesquieu ou de Montaigne. Même si ces deux modèles politiques sont différents, ils ont plus d’éléments convergents que divergents.

Politique : champ privilégié de la lecture simplificatrice : une monarchie française qui se renforce aux dépends du corps intermédiaire vers l’ « absolutisme » face à un peuple qui grave dans le marbre une liberté pérennisant l’édifice politique : la Déclaration des droits du 13 février 1689. On aurait ainsi un modèle de monarchie louis-quatorzienne dont le système politique anglais est le contre-modèle parfait.


NOUVEAU = > Robert Mandrou L’Europe « absolutiste ». Raison et raison d’État, 1649-1775

Trois épisodes très denses à partir de l’ouvrage d’un historien moderniste majeur.

Épisode 1

Épisode 2

Épisode 3

Raison ou raison d’Etat : l’élaboration des modèles français et anglais (1949-1700)

Une version plus ancienne (2018) Plus légère également

Introduction de la première partie

La prééminence française et anglaise s’explique par des facteurs extérieurs :

-L‘Espagne a perdu son rôle militaire dominant depuis la bataille de Rocroi (1643) et son rôle économique malgré l’afflux de métaux précieux venants d’Amérique (Amsterdam polarise les échanges). Les banqueroutes se répètent, le pays manque d’hommes (qui se dirigent vers les Amériques). Le place de l’Espagne sur « la scène mondiale » diminue.

-L‘Italie cesse de jouer un grand rôle politique. Elle n’attire plus les grands souverains conquérants comme François Ier jadis. La République de Venise est désertée par les marchands d’épices, concurrencée par Lisbonne ou Amsterdam. L’Italie attire les artistes qui souhaitent copier les œuvres antiques, tout comme les princes qui souhaitent visiter ce modèle déchu. De plus, elle ne possède pas de colonie et est donc sans aucun poids dans la diplomatie européenne.

-L‘Empire a été touché par de nombreuses guerres (notamment la guerre de Trente ans), famines et épidémies qui ont entrainées des catastrophes démographiques et économiques. Déclin politique avec les traités de Westphalie. Après 1648, consécration du reflux impérial : l’empereur perd tout pouvoir d’imposer son autorité à l’ensemble des princes et villes de son Empire


Ghorbal Karim Repenser la Glorieuse Révolution de 1688 À propos de : STEVEN PINCUS, 1688. The First Modern Revolution, New Haven, Yale University Press, 2009 », Revue d’histoire moderne & contemporaine, 2018/4 (n° 65-4), p. 144-161.

Article : Ghorbal Karim, « Repenser la Glorieuse Révolution de 1688. À propos de : STEVEN PINCUS, 1688. The First Modern Revolution, New Haven, Yale University Press, 2009 », Revue d’histoire moderne & contemporaine, 2018/4 (n° 65-4), p. 144-161.

Introduction : le livre de Steven Pincus (1688. The First Modern Revolution) représente un tournant historiographique majeur  pour lui, la Glorieuse Révolution (1688–1689) et la Révolution française sont des phénomènes similaires, et la Glorieuse Révolution est la première des Révolutions modernes  remet en cause la plupart des interprétations de la Glorieuse Révolution.

I/ Le récit et ses explications canoniques

Régner et gouverner : Louis XIV et ses ministres Version longue

Après des études déjà anciennes sur les textes législatifs de l’administration et du Conseil du roi, les historiens se sont intéressés ces dernières années, à l’étude de la représentation de Louis XIV à Versailles, dans ses appartements, dans le choix des décors, de ses spectacles, à la diffusion des informations pour la communication royale ou encore à sa santé, s’interrogeant avec ces angles de vue sur la notion de pouvoir.

L’accent fut mis sur l’exercice public du pouvoir royal. Le pouvoir était dans l’appareil visible autour de Louis XIV, une politique spectacle en quelque sorte. C’était une manière de sortir de l’héritage de Saint Simon et de la vision troisième république, sur l’absolutisme pyramidal et centralisé dans un pré-carré presque parfait. La prise de décision de celui qui gouverne avait, semble-t-il, quitté le centre du pouvoir.

Le roi gouverne en son cabinet, il y passe l’essentiel de son temps et il dirige véritablement la politique de son Etat. Le roi gouverne par lui-même mais ne gouverne pas seul. Le gouvernement de Louis XIV n’est pas aussi stable qu’il y paraît, les changements sont cependant plus circonstanciels qu’institutionnels.

 

 

– Bibliographie

– Chronologies

Chronologie 2

– Composition : Administrer les colonies en France et en Grande-Bretagne vers 1640-1780

– Composition : Contestations populaires et nobiliaires en France et en Angleterre au XVIIIe siècle (deux propositions de plan)

Composition Plan 2

– Composition : Olivier Cromwell

– Dissertations corrigées 

Partie I et II

Fiches de lecture
=> NOUVEAU
Partie 2 : Monarchies et colonies Etats, pouvoirs et contestations dans les monarchies française et britannique et dans leurs colonies américaines (vers 1640-vers 1780)
La révolution anglaise (1603-1660), Perrin, 2015
L’Angleterre à l’époque moderne: Des Tudors aux derniers Stuarts.
Le pouvoir absolu: Naissance de l’imaginaire politique de la royauté

Thierry Sarmant et Mathieu Stoll Régner et gouverner : Louis XIV et ses ministres

François-Joseph Ruggiu « Les trois royaumes en quête d’un règlement politique (1637-1714) »

– Fiche de lecture (ATLANDE) : pouvoirs et contestations durant le Commonwealth et le protectorat (1649-1660)

– Fiche de lecture (ATLANDE) : Introduction et l’Angleterre en Révolution (1637-1649)

– Fiche de lecture (ATLANDE) : l’Angleterre en Révolution (1637-1649)

– Fiche de lecture (revue XVIIe siècle) : la Fronde, un soulèvement « areligieux » au XVIIe siècle ?

– Fiche de lecture (Armand Colin) : Gouverner en France et en Angleterre (chap.2)

– Fiche de lecture : La France moderne (chapitre 22)

– Fiche de lecture (Ellipses) : D’une fronde à l’autre : Pouvoirs et contestations aristocratiques du Grand Condé à Philippe Egalité

– Fiche de lecture (Les îles britanniques à l’âge moderne) : Les premiers Stuart et les chemins vers la révolution

– Fiche de lecture (Armand Colin) :

1) Introduction

2) L’État militaro-fiscal

– Fiche de lecture : les trois royaumes en quête d’un règlement politique (1637-1714)

– Fiche de lecture : histoire de l’Amérique française (chapitre 2 : les étapes de la colonisation)

– Fiche de lecture : la France moderne, l’esprit des institutions (livre III)

– Fiche de lecture : Louis XIV : la gloire et les épreuves

Partie 1

Partie 2

– Fiche de lecture : Les colonies américaines entre 1700 et 1780

– Fiche de lecture : la monarchie entre Renaissance et Révolution

Partie 1

Partie 2

Partie 3

Partie 4

– Fiche de lecture : Hervé Drévillon. Les rois absolus Réflexion sur la guerre civile